Automne

from by Bluegram

/

lyrics

Etrange lumière, le soleil n’écrase plus mes paupières, l’horizon se cache dans la brume, l’automne vient fleurir les cimetières,
Les choses éphémères apaisent les habitudes, aspirent la solitude, cette tendance à combler le vide sombre face à la révolte de l’éphéméride.
L’automne et son fardeau chronométré, une heure de perdue, dix de déprimées, les feuilles mortes font voltiger la tourmente, accentuant une douleur lancinante.
Une goutte à goutte dans ma tête, le vacarme ruisselle, mon esprit se défenestre, quand la haine étouffe l’amour, je suis pas pressé de rattraper les bruits qui courent.

Parfois je vois mon avenir dans une tempe libre, sur un carré de peau pour rétablir l’équilibre,
Un cantique pour de l’acier froid, quand le sang bout sous le tremblement de mes doigts.
Fin de journée, comme Jackie Brown j’écoute The Delfonics, je descends une bière, je remonte le Styx,
Ma tête est remplie de questions éludées où les réponses sont squelettiques comme des arbres aux branches dénudées.
Tempête sous mon crâne, le doute s’est niché au fin fond de ses arcanes,
La grisaille s’immisce dans le subconscient, je me pers dans le brouillard, j’ai l’impression d’être déficient.
J’enferme mon monde sous ma capuche, les mains dans les poches, je voudrais pouvoir faire plus en ignorant les reproches,
Les lobes cachés sous mon casque, je décline en espérant une nouvelle aube fantasque.

Pourquoi crier sa colère, attirer le regard des gens,
Des paroles pour fendre l’air, lorsqu’il n’y a plus rien d’important.
Au sol les rameaux sont amers, écrasés par l’ironie du temps,
Déjà la neige recouvre la poussière et calfeutre tout de blanc.
Trop de bouteilles à la mer, prisonnières de l’océan,
Des regrets impossibles à soustraire et pleurer son dernier printemps.
Aucun compagnon de galère, sous le souffle froid du vent,
La solitude déploie ses serres, pour lacérer les sentiments.
Enveloppé d’un givre austère, on peste contre les éléments,
Se blottir sous les réverbères, tout en regardant les passants.
Drapée dans son costume de lumière, la ville vomi le scintillant,
Les eaux noires de la rivière, recueilleront les pénitents.
Le cœur happé par la terre, on fuit l’automne en maugréant,
Attendre l’arrivée de l’hiver, ne plus se souvenir du printemps.

credits

from Automne, released September 1, 2014
Textes : Bart
Musique : Yld Kid

tags

license

all rights reserved

about

Bluegram France

Textes : Julien
Musique : Yann

contact / help

Contact Bluegram

Streaming and
Download help